Page suivante Page précédente


1. Pierre Siracusa, directeur délégué à l’animation, France Télévisions
Pourquoi venir au Mifa ?

Pour moi, c’est d’abord un lieu de rencontre et de découverte. C’est au Mifa que de jeunes auteurs inconnus sont venus sur le stand de France Télévisions, nous présenter le projet La Chouette. Ils ne connaissaient pas les codes et les circuits de la production. C’est devenu une série courte vendue sur plus de 200 territoires ; une nouvelle saison sera bientôt à l’antenne. Sans le Mifa, cela ne serait jamais arrivé.

Et cela arrive encore ?

Mon planning au Mifa laisse peu de place à l’imprévu. Mais les conseillers de programmes s’efforcent de garder l’œil ouvert, de réserver un espace à des rencontres avec de jeunes auteurs ou producteurs, qui ne sont pas dans les circuits connus, d’aller voir les sélections.

Et côté coproductions ?

Venir au Mifa, c’est le moyen de faire des points d’étape avec nos différents partenaires étrangers sur nos projets en développement.



2. Nina Hahn, vice-présidente senior Développement et production internationale, Nickelodeon
Nickelodeon a une forte délégation au Mifa. Pourquoi ?

Hollywood n’est pas le seul endroit pour trouver des talents créatifs. Nous avons décidé d’être tous présents – Nickelodeon États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, France – car nous cherchons tous le prochain hit en animation, le futur Bob l’éponge. Annecy est ainsi devenu incontournable : ce n’est pas seulement un Marché mais aussi un grand Festival et une source de talents européens.

Quels types de projets cherchez-vous ?

Des projets déjà développés. Mais aussi des talents en amont, pour les "éduquer" à notre marque et développer avec eux, pour essayer de faire un succès qui soit drôle pour les enfants dans le monde entier.

Quelles régions du monde émergent ?

L’Amérique du Sud produit des projets drôles et contemporains, avec de gros volumes. Nous sommes aussi attentifs à l’Afrique du Sud, présente au Mifa. Et la France et la Grande-Bretagne restent toujours prolifiques.



3.Jeremy Zag, fondateur et dirigeant, Zagtoon
Pourquoi venir au Mifa ?

Nous venons chaque année rechercher des talents. Zagtoon a besoin sans cesse d’étoffer ses équipes avec de nouveaux artistes. Ici, on peut en rencontrer, beaucoup d’étudiants viennent nous montrer leur book. Nous avons six séries en production, comme Sammy (M6), Lady Bug (TF1), 7 C’s (Gulli/CanalJ) et une dizaine en développement.

Et pour les coproductions ?

Annecy nous permet de nous retrouver entre coproducteurs d’un projet dans un cadre différent et dans une ambiance détendue.
Nous avons des séries en coproduction avec les États-Unis, et le Japon. Je rends souvent visite à mes partenaires. Annecy nous permet à notre tour de les recevoir.

Qu’est-ce qui distingue le Mifa d’autres marchés ?

C’est ma 4e participation et c’est le plus agréable de tous les marchés parce que c’est le seul endroit où auteurs, artistes, producteurs, diffuseurs et acheteurs se mélangent.